L’esprit de la course

Entretien avec Jürgen BRECHT – JB Racing

Vous habitez et travaillez dans un coin de campagne aussi magnifique que secret. Comment y êtes-vous arrivé ?
Grâce à ma femme ! Elle était alors directrice de l’exploitation forestière et agricole située ici (pas moins de deux mille huit cents hectares de forêts et de terres arables). Le tout appartenait à un industriel allemand pour lequel je travaillais. A mon arrivée, je crois avoir tout fait ou presque, paysan un jour, bûcheron le lendemain, berger… Pour la petite histoire, j’avais auparavant suivi une formation technique en métallurgie, complétée par un cursus en alternance en administration d’entreprise.

Fermez les bans ! Comment basculez-vous de l’univers agricole à celui de l’automobile ?
Un jour, sans rentrer dans les détails, j’ai claqué la porte ! Dans la foulée, je pars en Angleterre pour visiter des petits constructeurs de voitures : Caterham, TVR… Et autres fabricants de répliques plus ou moins inspirés. La même année, j’achète ma première Porsche en Allemagne. Nous sommes en 1983.

Une première voiture que vous revendez très vite.
Pas tout à fait, car j’ai dû la remettre en état. Puis, avec le produit de la vente, je m’offre une 356. Le pli était pris. J’ai commencé en amateur avant de me mettre officiellement à mon compte en 1985.

Avec quelle idée ?
L’achat et la vente de voitures et de pièces détachées, essentiellement allemandes, à destination de passionnés de toute la France.

Et côté entretien ?
Comme vous pouvez l’imaginer, j’avais alors peu de moyens et je sous-traitais tout ou presque, auprès de garages spécialisés. Malheureusement, dans la plupart des cas, le travail n’était pas fait selon les normes.

De fait, vous décidez en 1994 de créer ici, un atelier pour contenter votre clientèle en lui offrant un service et des conseils de qualité. A partir de là, votre réputation commence à se faire.
En toute modestie, un peu avant, avec à mon initiative, le début de sorties sur circuits entre passionnés et l’avènement du Club Porsche de Bourgogne.

La course comme moteur de votre passion.
Oui, car sur circuit, on voit très vite le comportement d’une voiture de série, et ses limites. En les analysant, on essaie de trouver des solutions pour la rendre plus rapide, mais aussi, plus efficace et plus fiable. C’est bien connu, on veut toujours dépasser le petit copain !

Peu de temps après, le Club Europa remplace le Club Porsche de Bourgogne. Pourquoi ?
A vrai dire, le Président du Club Porsche France de l’époque était jaloux de notre succès. De plus, je me dois de souligner que nous avons eu très vite des aficionados dans toute l’Europe. Alors tout simplement, on a décidé de se faire plaisir ensemble.

Qu’est-ce qui vous motive ?
Etre libre, mais aussi, tenter de rester toujours au top.

C’est ainsi, step by step, que vous devenez un préparateur très connu. Quel est votre secret ?
Avant tout, il faut avoir envie de gagner, et pour cela, ne pas hésiter à faire des sacrifices. En un mot comme en cent, il ne faut penser qu’à ça, c’est une quête d’abolu.

Quel est votre meilleur souvenir ?
Je vais vous étonner, mais ce n’est pas forcément celui d’une victoire, mais davantage sortir d’une voiture en ayant le sentiment qu’on a tout donné.

Aujourd’hui, que faites-vous ?
Toujours la même chose, en restant fidèle à mes convictions. J’ai une nette préférence pour les moteurs refroidis par air, mais ceci posé, j’entretiens également, des voitures récentes.

Votre clientèle est-elle toujours aussi diversifiée ?
Oui, car on offre autre chose qu’une concession Porsche, en ce sens, que nos clients sont majoritairement des compétiteurs ou des amateurs de véhicules d’exception. Très souvent, on ne compte pas notre temps car on a le bonheur de travailler parfois sur des merveilles d’un autre âge. On sait ce que les autres ne savent plus.

Peu avant notre entretien, votre fils m’a confié que le but que vous poursuivez aujourd’hui, est la construction d’un circuit.
Très clairement oui, car nous avons besoin d’un outil de travail qui soit complémentaire à notre activité. De plus, nous souhaitons partager nos émotions avec le plus grand nombre.

Avec un projet aussi ambitieux, n’avez-vous pas peur de perdre votre liberté, car cela demande des financements très importants ?
Non, car j’ai toujours été convaincu qu’il y a des solutions à tout, à condition de respecter scrupuleusement un calendrier, et bien entendu, la loi. Enfin, il faut savoir s’entourer. Pour le reste, c’est une aventure humaine comme une autre.

Et après ?
Tout est possible.

J.B RACING
Jürgen BRECHT
La Feuillerotte
21690 Verrey Sous Salmaise
Tél. : 03 80 43 62 84
brecht@ozone.net – www.jbracing.fr