Artisan des lumières

Entretien avec Daniel Rhétat – Ébéniste-Tapissier

Vous avez une boutique emblématique de Tournus, dans laquelle vous présentez l’ensemble de votre travail et nombre de collections de tissus. Quels ont été vos débuts ?
Je suis né dans la forêt de Tronçais ! De fait, je ne pouvais faire qu’un métier lié au travail du bois. J’ai commencé mon apprentissage d’ébéniste à Cerilly, avant de le compléter à Moulins, dans différents ateliers. Pour l’anecdote, j’ai eu le plaisir de travailler sur des planeurs joliment baptisés Mésange !

Puis après cette première période, vous avez joué les voyageurs inspirés.
Oui, car je brûlais d’envie de connaître d’autres lieux et surtout de me perfectionner dans le métier. Pour cela, je me suis rendu successivement à Alençon où l’on faisait alors de très belles copies de meubles Régence, puis, à Blois et Le Mans où singulièrement j’ai découvert l’univers du formica qui allait, hélas, envahir nos campagnes. Puis, je me suis établi ici à Tournus.

Pourquoi le choix de cette ville ?
L’amour de ma femme ! Elle était professeur d’économie et comme une partie de sa famille vivait dans cette région, très naturellement, elle a demandé sa mutation.

De votre côté, que faites-vous ?
Je reprends un petit atelier d’ébénisterie et je commence à restaurer toutes sortes de meubles pour des antiquaires. Ils avaient alors, le vent en poupe. Mais il m’arrivait aussi de réaliser des copies à la demande de quelques clients.

Au fil des jours, le petit atelier est devenu grand.
Oui, car figurez-vous qu’il fut un temps béni où les affaies marchaient. Jusqu’a l’aube des années 2000 2005, j’ai employé sept personnes.

Et aujourd’hui ?
C’est une toute autre histoire. Heureusement pour moi, on a su fidéliser une clientèle intéressante dont celle des Monuments Historiques, qui, faut-il le préciser, dispose hélàs d’une année sur l’autre, de budgets de plus en plus réduits. Et pour corser le tout, nous voilà en compétition avec des concurrents venus parfois de fort loin. Pour l’un des derniers appel d’offres, nous nous sommes ainsi trouvés confrontés à une entreprise du Midi et plus surprenant encore, à une autre établie à l’étranger.

Quel est votre coeur de métier ?
A vrai dire, on continue sur notre lancée. D’un jour à l’autre, on restaure des meubles, mais il nous arrive aussi de réaliser des créations exclusives pour une clientèle bourgeoise amatrice de belles choses, qui souhaite se singulariser. Le mariage de l’ancien et du moderne a de beaux jours devant lui. Ceci explique en partie l’engouement de jeunes couples pour notre travail, et plus largement pour notre patrimoine. C’est heureux car ils sont notre avenir.

Et côté tissus ?
On est aussi riche que des marchands lyonnais ! Plus sérieusement, on dispose de très nombreuses collections où l’on trouve quelques signatures prestigieuses : Pierre Frey, Edmond Petit, Canovas, Lelièvre, mais aussi, Tassinari et Chatel … De quoi contenter les plus exigeants.

Des tissus qui ont différentes destinations
En effet, on réalise aussi bien des tentures murales que des plafonds soleil, des rideaux et bien sûr des tapisseries sur sièges, sans oublier le gainage des meubles. Grâce à cette technique, ces derniers retrouvent une seconde ou une troisième vie.

Des réalisations possibles grâce au savoir-faire et au talent des artisans que vous employez.
Sans eux, mon entreprise n’aurait pas d’âme. J’emploie à l’année, deux ébénistes, un tapissier et une couturière. D’autre part, nous recevons de nombreux stagiaires que nous formons pour qu’un jour, ils soient en mesure, à leur tour, de transmettre nos petits et grands secrets.

Justement, comment voyez-vous l’avenir de votre Maison ?
Hélas en demi-teinte, à l’image de l’époque que nous traversons. Evidemment, je souhaite de tout coeur pouvoir la perenniser car, sans jeu de mots, nos métiers le valent bien ! Encore faut-il trouver des personnes qui partagent, et notre philosophie, et notre amour du travail bien fait. Bref, des oiseaux rares …

Votre dernier mot
J’ai une pensée pour tous les artisans avec lesquels je travaille en réseau pour le bonheur de tous et la sauvegarde de notre patrimoine. Tout au long de notre carrière nous avons fait des travaux plus intéressants les uns que les autres, mais les projets à venir sont forcement les plus beaux.

La Vitrine de l’Atelier Tapissier-Décorateur-Ebéniste
Maison Rhetat-Cardon
4, quai de Verdun – 71700 TOURNUS
Tél. : 03 85 32 57 57
rhetatcardon@orange.fr
www.vitrinedelatelier.com