Du singulier au pluriel !

Photos : ©Jonas Jacquel

Entretien avec Jean Luc GIRARD – antiquaire et décorateur
Jeune, vous avez connu un parcours exceptionnel à Paris en tutoyant les grands noms de la mode et de l’Art. Aujourd’hui, vous êtes installé à Beaune avec deux casquettes : antiquaire et décorateur. In fine, quel est le coeur de votre travail ?
A vrai dire, je donne de plus en plus de conseils en décoration. Ainsi, je définis les grandes lignes qui vont être plus tard la signature de l’appartement, de la maison ou même de certaines boutiques. Parallèlement à cette activité, je me mets en chasse pour trouver les meubles qui vont s’inscrire avec bonheur dans cet environnement.

Quelle est votre principale difficulté ?
Matérielle, avoir de la trésorerie ! Il faut pouvoir acheter ses coups de coeur en ne sachant pas exactement quand on les vendra. Pourtant, je pense modestement être une exception, car avec l’expérience, je sais peu ou prou, ce qui va séduire ma clientèle. Quelle place va prendre le meuble ou l’objet que je leur propose dans leur habitat.

Mais en dehors de la notion de prix, qu’est-ce qui vous guide ?
La couleur, l’exécution, le volume et la qualité de l’objet ou du meuble, sa personnalité. Il arrête ou pas mon regard. Je ne me fixe que très rarement sur la signature car elle a un coût qui peut être parfois disproportionné par rapport au travail d’autres créateurs, tout aussi talentueux mais moins connus.

Avez-vous une époque privilégiée ?
Sans aucun doute, tout ce qui concerne le XVIIIe, car c’est le siècle d’or et qu’il se manifeste à travers des proportions idéales.

Faisons un rêve, quel est le meuble de cette époque que vous aimeriez posséder ?
Un petit meuble ayant appartenu à Marie-Antoinette ou un objet venu tout droit de sa Bergerie… Hélàs, il en reste très peu, le temps a fait son oeuvre, et puis, il faut le souligner, cela tenait plus du décor de théâtre que de la construction. Marie-Antoinette était une créatrice éclairée, elle a lancé la coiffure, la mode et bien d’autres choses encore…

Pour en revenir à des temps plus proches.
Il faut être hardi, ne pas hésiter à tout mélanger.

Par exemple ?
Il suffit de se promener dans ma boutique. On trouve tout et son contraire : des faiences, des luminaires belleépoque, un vaisselier normand, des fauteuils en osier, une bibliothèque anglaise, des tableaux, mais aussi, des plantes en pot, des tissus et même quelques chaises bancales pour mieux apprécier le temps qui passe ! Un parcours singulier qui jongle avec les civilisations.

Cependant, vous m’avez confié que ce n’est pas encore votre boutique idéale.
Disons que je souhaiterais pouvoir mettre un jour dans un même lieu, aussi bien des meubles haute époque, que des objets usuels. En bref de la planche à découper à la console précieuse ! Un lieu qui raconterait l’histoire d’une belle maison, de la cave au grenier, en passant par les salons, la salle à manger, sans oublier la cuisine, les communs et autres granges, souvent riches en souvenirs.

Qu’est-ce qui vous manque pour y arriver ?
Du courage et un brin de folie !

Quelle est votre clientèle ?
Des personnes qui ont autant de goût que d’humour et avec lesquelles j’ai du plaisir à échanger. Je n’ai jamais été dans le processus : vendeur-acheteur, mais davantage dans l’idée de partager de jolis moments autour de belles choses…

Un projet ?
Ne plus travailler que pour un cercle restreint de clients, mais à notre époque, c’est un voeu pieux.

QUATRE FAUBOURG
Jean Luc GIRARD
Antiquaire-Décorateur
4, rue du Faubourg Bretonnière 21200 BEAUNE
Tél. : 03 80 22 96 18 ou 06 11 76 78 05
jluclaboutique@gmail.com