Les splendeurs d’une île

Anne-Marie et Philippe Dufouleur sont des personnalités beaunoises. tous deux sont originaires de ce terroir et si aujourd’hui leur réussite est exemplaire, elle ne doit rien aux jeux du hasard ou aux caprices de la chance. La terre a toujours été leur fidèle compagne et la matrice de tous leurs espoirs… D’abord locataires de quelques vignes, ils sont devenus, au fil du temps et à la force du poignet, propriétaires de plusieurs parcelles. Leur domaine se développe aujourd’hui sur cinq hectares, essentiellement composé de Beaune premier cru. Ils en tirent quelques merveilles et si d’aventure vous les félicitez pour cela, Philippe met en avant le travail d’Anne-Marie qui a la haute main sur toute la gestion. Quant à lui, il se définit, avant tout, comme un homme de caves ! J’en aime dit-il : « l’ambiance si particulière et puis faire un vin c’est donner naissance. On peut voir chaque millésime comme un enfant différent. Quand je goûte un raisin, je sais, peu ou prou son devenir … faire un vin, c’est beaucoup de responsabilités, d’humilité, de respect. On n’a pas le droit de se tromper ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’erreur n’est pas dans leurs gênes. Ainsi, après avoir mis en lumière leur domaine, ils se sont lancés allègrement dans un autre défi : la création d’une maison d’hôtes. Une envie commune qui remonte à leurs racines. Dans nos campagnes « on a toujours aimé recevoir, partagé. La plus heureuse façon de découvrir le monde et plus encore de ne pas mourir idiot… ! » Ils s’atellent donc à un projet fou : rénover de fond en comble une propriété ancestrale pour la mettre aux normes modernes et au goût du jour, tout en sauvegardant son âme et son esprit. En un mot comme en cent, donner à une vielle dame très digne, l’allure pétillante d’une demoiselle ! Pour réussir ce périlleux exercice, ils font appel à un architecte de talent, Cyril Fichot, qui va les comprendre, bousculer l’ordre du temps et celui des choses, pour rendre une copie parfaite. Grâce à lui, la technologie la plus avant-gardiste, côtoie le bois, les vieilles pierres et le métal brut mis superbement en valeur pour rappeler les ateliers d’antan. L’ensemble laisse pantois. L’escalier central, une folie signée Serf, peut se voir comme une sculpture avant de monter tout droit au ciel grâce à un ascenseur « phare » qui tient lui aussi de l’oeuvre d’art. Esthètes, petits et grands, peuvent ensuite se reposer dans cinq chambres, dont deux suites, qui conjuguent subtilement les couleurs du temps. Enfin, ultime plaisir, un jardin presque secret, riche d’essences de toutes sortes, est une invitation délicieuse, tant à paresser qu’à rêver. Ici, on est ailleurs, définitivement.

Les Jardins de Loïs
8, boulevard Bretonnière – 21200 BEAUNE
tél 03 80 22 41 97
www.jardinsdelois.com